Accessibilité

Préparer la supply chain à la révolution électrique

10 avril 2019

3 questions à Paul-Henri Fréret Vice-président exécutif Asie.

1/ Le marché des véhicules électriques est en pleine croissance et certains anticipent même une révolution du marché automobile. Quels sont les moteurs d'un tel changement ?

Les véhicules électriques (VE) représentent une véritable révolution pour le marché automobile. Après des décennies de domination du moteur à combustion interne traditionnel, la contribution des VE aux ventes mondiales de voitures neuves devrait passer de 4 % en 2018 à 40 % en 2035. Une forte croissance qui s’explique notamment par la définition d’objectifs toujours plus élevés de réduction des émissions de CO2 dans le monde. 

Les réglementations toujours plus strictes et les incitations adoptées tant au niveau national qu'au niveau de l’Union européenne (UE) encouragent le développement du marché des VE. En Norvège, par exemple, la moitié des voitures particulières vendues en 2018 étaient 100% électriques (BEV) ou hybrides rechargeables (PHEV), contre seulement 6% en 2013. Un résultat obtenu après que le gouvernement norvégien ait mis en place divers programmes visant à encourager le marché des « énergies propres ». L’Union européenne vient quant à elle d’adopter de nouveaux standards qui doivent garantir une part de marché significative aux voitures et camions émettant des niveaux faibles ou nuls de CO2. C’est ainsi que, d'ici 2030, les constructeurs automobiles de l'UE devront réduire d'au moins 37,5 % les émissions de CO2 de leur flotte, tandis que les camions vendus dans l'UE devront atteindre un objectif de réduction de 30 %.

Mais au-delà de ces incitations, le principal moteur de cette révolution est la Chine. Le pays est le premier marché de vente et de production de nouveaux VE. Il est même prévu que d’ici 7 ans, 50% des VE seront vendus sur le marché chinois. Cette tendance n'est pas une simple coïncidence. Pendant une décennie, le gouvernement chinois a incité les acheteurs et les fabricants à se lancer sur le marché des VE par le biais de subventions et d'autres mesures incitatives. Depuis 2019, le gouvernement a même imposé un système de quotas sur les ventes de véhicules « énergie propre ». Un système de plafonnement et d’échanges qui doit dynamiser le marché local des VE qui est déjà le plus important au monde, avec des marques locales en forte croissance telles que BYD, BAIC Group, SAIC Motor, Chery Automobile et JAC Motors. 

C’est dans ce contexte que la Chine a annoncé avoir sécurisé 21,7 milliards d'euros d'investissements de la part de différents constructeurs automobiles européens en 2018, lesquels souhaitent s’assurer une production locale de VE. C'est sept fois plus que les 3,2 milliards d'euros que les mêmes constructeurs automobiles ont investis en Europe. Le leader américain Tesla et la société japonaise Toyota ont également annoncé l'ouverture de nouvelles lignes de production dans le pays. Ces capacités de production couplées à un contrôle strict et centralisé de la production de batteries devraient permettre à la Chine de se doter d’une puissance industrielle sur le VE trois fois supérieure à celle combinée de tous les autres pays dans le monde. Une stratégie qui viendrait encore renforcer la position de leader de la Chine sur le marché du VE et à laquelle le marché automobile doit s’adapter, y compris GEFCO. 

2/ Quel est l’impact de cette révolution électrique pour la logistique automobile ? 

Si le passage aux VE est une révolution pour les constructeurs, il aura également un effet domino sur la logistique automobile.

La logistique « inbound » devrait être affectée par la nature même du moteur des VE. En effet, les VE ont besoin de beaucoup moins de pièces détachées (environ 20) que les moteurs à combustion interne (environ 100), ce qui signifie qu'à mesure que la part des VE dans les ventes mondiales augmente, les besoins en transport par les prestataires logistiques diminuent. Néanmoins, leur expertise en matière de supply chain complexe reste essentielle lorsqu’il s’agit d’assurer la gestion des batteries. En effet, les batteries sont considérées parmi les produits classe 9 « marchandises dangereuses » et donc soumises aux règles de l'ADR (Accord relatif au transport international des marchandises dangereuses par route) et de l'IMDG (Code maritime international des marchandises dangereuses) qui imposent des exigences accrues en matière de traçabilité et de conformité à toutes les étapes de leur gestion. Des exigences que seuls des experts en supply chain automobile peuvent assurer aux constructeurs automobiles.

La logistique « outbound » sera également touchée. Les VE sont beaucoup plus lourds que les voitures à moteur à combustion interne (+300 kg en moyenne), ce qui implique d’adapter les infrastructures et les moyens de transport existants. Ces ajustements vont entraîner des coûts supplémentaires pour les prestataires logistiques qui sont déjà confrontés à un marché très concurrentiel. En outre, des investissements importants seront nécessaires sur les « compounds » afin d’installer des chargeurs et d’assurer le fonctionnement des systèmes électroniques des véhicules. 

La transition vers l’électrique est déjà une réalité. Le double défi de la lutte contre le changement climatique et la pollution atmosphérique dans les villes signifie qu'une transition mondiale vers les VE est inévitable. La question est de savoir dans combien de temps. L'Europe a déjà pris du retard par rapport aux États-Unis, à la Chine, à la Corée du Sud et au Japon, où les investissements dans les voitures et batteries électriques dépassent largement ceux de l'UE. Toutefois, malgré les progrès enregistrés en Chine, les récentes dispositions réglementaires adoptées par l’UE font des normes européennes en matière de CO2 les règles les plus strictes au monde. Des normes qui devraient ainsi accélérer la progression du marché européen des VE et lui permettre de rattraper son retard dans les années à venir.

3/ Comment GEFCO se prépare-t-il à cette révolution électrique, notamment en Chine où le marché des VE est déjà très important ?

Comptant parmi les leaders mondiaux des solutions de supply chain complexes et leader européen de la logistique automobile, GEFCO a d'ores et déjà commencé à s'appuyer sur son savoir-faire et ses capacités uniques – notamment en matière de respect des règles ADR – pour concevoir des solutions à forte valeur ajoutée destinées à permettre à nos clients d'atteindre un niveau supérieur en matière de gestion des VE. Le groupe transporte déjà des batteries depuis la Chine vers l'Europe pour divers grands constructeurs automobiles et fournit des services « compound » spécialement conçus pour le marché du VE dans différents pays.

Le groupe est présent en Chine depuis 1995 et compte 20 sites et 2 joint-ventures à Wuhan et Shenzhen. GEFCO se prépare désormais à de nouveaux développements dans le pays, en particulier en travaillant avec des fabricants d’équipements d’origine (OEMs) spécialisés dans le marché du VE mais aussi des fournisseurs Tier 1 comme CATL.  Un développement rapide du Groupe GEFCO dans le pays est en effet nécessaire pour répondre aux attentes du marché des VE et aux investissements potentiels à réaliser dans les prochains mois.

Dans un contexte mondial où le développement durable est un enjeu de plus en plus important, les pays et les entreprises, dont GEFCO, lancent sans cesse de nouvelles initiatives pour faire progresser les pratiques durables. Parallèlement, le secteur de la logistique subit une transformation induite par le développement de la technologie numérique et le big data, ainsi que par l'arrivée prochaine des véhicules autonomes.

C'est pourquoi GEFCO a fait de l'innovation un levier essentiel de sa stratégie VE. Le groupe travaille constamment à la recherche de nouvelles technologies et de solutions opérationnelles destinées à améliorer la supply chain des VE. Pour cela, nous nous appuyons notamment sur notre partenariat avec l'accélérateur de start-ups Techstars pour rencontrer différentes start-ups disruptives qui développent des projets spécifiquement adaptés au marché. En outre, le groupe s'appuie également sur l'innovation interne pour faire fleurir de nouvelles idées. La GEFCO Innovation Factory, un incubateur interne qui offre aux collaborateurs du monde entier la possibilité de proposer et de développer des idées innovantes pour faire progresser l'activité de GEFCO, permet ainsi au groupe de disposer d’opportunités d'innovation infinies.

Innovation, décarbonisation, économie partagée, le secteur automobile connaît un processus de transformation profonde qui façonnera la mobilité de demain. Les VE sont au cœur de ce défi et les entreprises de logistique doivent se préparer à cette révolution.

Partager