Accessibilité

Le camion autonome commence à devenir une hypothèse viable

27 novembre 2018

Dès lors qu’il s’agit de déployer des camions autonomes sur les autoroutes, de nombreux problèmes restent à résoudre.

Les systèmes de télédétection par laser (Lidar) utilisés pour appréhender l’environnement et la localisation d’un camion sont extrêmement onéreux. Se pose par ailleurs la question de savoir comment un véhicule accède à la mise à jour des itinéraires. Sont-ils enregistrés dans le camion ? Le véhicule doit-il les télécharger ?

Les deux approches présentent des inconvénients. Car lidar et caméras ne fonctionnent pas de façon optimale dans tous les environnements.

Le défi qui consiste à rendre possible la conduite autonome dans n’importe quelles conditions semble toutefois en bonne voie d’être relevé. Actuellement, les véhicules autonomes ont à leur disposition trois méthodes de localisation : le GPS, le lidar et l’analyse des images des caméras.

Le GPS est tributaire d’une bonne connexion. D’autre part, il n’est pas assez précis pour permettre une localisation exacte à la vitesse autorisée sur autoroute. Quant au lidar et aux caméras, ils sont impossibles à utiliser en cas de forte pluie ou de neige. Même le brouillard, un médiocre marquage au sol, ou encore la présence imprévue de matières sur la chaussée, comme par exemple des feuilles, peuvent engendrer des difficultés.

...

Article écrit par Steve Banker

Lire la suite sur Logistics Viewpoints

Partager